Vos témoignages sur la précarité

Cette rubrique est consacrée au témoignage de votre expérience de la précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur (pour une définition de ce terme cliquez ici). Nous avons besoin de vous et de votre expérience afin de pouvoir tenir compte de toutes les difficultés que vous rencontrez. Vos témoignage nous aiderons a essayer de bien cerner le vaste problème de la précarité en science et également d’arriver peut-être à une quantification indispensable actuellement pour revendiquer des améliorations radicales des conditions de travail et des statuts des précaires de de la recherche et de l’enseignement supérieur.
N’hésitez pas à motiver d’autres précaires pour qu’ils déposent leurs témoignages.

Allez : "À vos claviers !"

Consulter la Charte de publication libre sur le site du collectif PAPERA


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 29 octobre 2011
par  antonin

Laetitia, 34 ans, précaire de la fonction publique territoriale

« La vie n’est pas simple. » Cette phrase revient comme un leitmotiv dans la bouche de Laetitia. Pour cette jeune bretonne réservée et plutôt timide, les gesticulations financières des banquiers et autres traders sont difficiles à comprendre et très loin de ses préoccupations. Chaque matin, elle attend. La sonnerie du téléphone est pour elle gage d’une journée de travail salarié. Elle est aide-cuisinière dans un service de restauration municipal. Dans la fonction publique aussi on peut connaître la précarité. Témoignage.

mercredi 28 septembre 2011
par  antonin

Déjà dix mois d’interdiction d’accès aux campus de Lyon 2 pour Sophie, postulante au doctorat !

Bonjour Sophie, bon, le titre fait choc, mais comme ça fait dix mois que ça dure, et que tu ne peux même pas mettre les pieds dans ta BU pré­fé­rée pour y emprun­ter des livres depuis tout ce temps, on va pren­dre le temps de te poser les ques­tions une par une, hein

mardi 19 juillet 2011
par  Noémie Lefebvre

Fiche-moi la paie

Il paraît qu’en Europe du sud, la jeunesse diplômée en a marre, c’est ce que j’ai entendu dans ma bagnole à la radio culturelle, il y avait une émission avec des sciences po, des historiens, des économistes qui usaient de mots comme indignation, spécificité, contagion limitée, jeunes chômeurs, mouvement social, crise économique, précarité, démocratie, autogestion, refus des partis politiques, non-violence, soixante-huit, solidarité, printemps, le nouveau entrait dans les cases d’une maîtrise bien référencée. Bon moi j’allais voir les comptables de l’IUT carrières sociales. J’avais mon badge FICHE-MOI LA PAIE épinglé à ma veste, offert par un fabricant de slogans urbains, l’ami Yves Pagès. FICHE-MOI LA PAIE, une médaille du mérite, façon de parler anonyme et personnelle qui me donnait d’un coup une réalité sociale.

lundi 23 mai 2011
par  antonin

Professeur contractuel, précaire de l’éducation

Enseignante dans un collège du pays de Quimperlé, Sylvie (1) en est à son cinquième contrat depuis janvier. En mars, elle a gagné 490 €. « Je suis une sous-prof », craque cette mère célibataire.

vendredi 7 janvier 2011
par  antonin

Professeur vacataire, je coûte une misère à la fac française

Je suis chargé de TD vacataire en langues étrangères appliquées (LEA) à l’université de Paris IV-Clignancourt, et avant cela chargé de TD en droit à l’université de Paris I. J’ai été embauché pour donner des cours d’anglais à des élèves de première et deuxième année d’université (étant moi-même actuellement en train de finir ma thèse en littérature américaine). Pas une fois on n’a testé mon niveau d’anglais à l’écrit ou à l’oral, et je n’ai jamais passé d’entretien d’embauche – l’envoi de mon CV et d’un « mail de (...)
lundi 6 décembre 2010
par  antonin

Chômage : la galère des contractuels dans la fonction publique

Tracasseries administratives, lourdeur et lenteur des procédures, délais absurdes… Les contractuels de la fonction publique en situation de chômage racontent sur Le Monde.fr leur difficulté à faire valoir leur droit aux allocations

jeudi 25 novembre 2010
par  antonin

Chercheur, je quitte ces labos français qui « manquent de tout »

Chine, Inde ou Etats-Unis… Notre riverain thésard en nanotechnologies, ne veut plus « se mettre à genoux pour un rouleau de scotch ».

mardi 16 novembre 2010
par  antonin

Fin de droits : le chercheur parle

Quand je suis sorti de ma thèse, comme j’avais peu cotisé, je me suis retrouvé très rapidement sans appui financier du Pole emploi. Par la suite une longue période de vivautage s’est installée (70 mois) avant que je ne parvienne à trouver un post-doctorat. Croyant être sorti d’affaire, j’ai déchanté lorsque j’ai vu que malgré une belle réussite les contrats publics n’étaient pas renouvelés par Miss Pécresse…

dimanche 14 novembre 2010
par  antonin

Ma vie d’étudiante à faire semblant de ne pas être pauvre

Croisée au détour de la note de blog « Deux ou trois choses que je sais sur Francis, SDF, 60 ans passés », notre riveraine Kyste, 27 ans, a hésité avant de me rencontrer.

dimanche 4 avril 2010
par  antonin

Précaire universitaire, ton univers : se taire, pécaïre !

Un employé de la bibliothèque universitaire de Lille 3 m’apprend ce chiffre : sur 90 personnes qui travaillent dans ce temple du savoir ; 49 sont précaires : étudiants, CDD… Plus l’université française est sensée préparer les jeunes à un travail stable, plus elle créée de la précarité, de l’exclusion du désespoir.

Agenda

<<

2017

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Je gagne 1700 euro et j’avance 650 euro par mois pour les kilomètres

vendredi 22 novembre 2013

Bonjour,
Je travaille pour l’Éducation Nationale dans une structure très particulière, je me déplace sur 2 départements : je gagne 1700 euro par mois et je dois avancer TOUS LES frais ; je suis remboursé avec un décalage de 3 mois et sur une base SNCF ET évidemment j’utilise ma PROPRE voiture. Je suis évidemment contractuel depuis 2004 mais j’ai changé 3 fois d’académie, j’ai des "trous" dans mon état de service et donc je n’ai jamais pu être titularisé (ni en 2000 ni cette année).
[par Anonyme]

Montpellier Université : le temps des postes tirés au sort

lundi 3 octobre 2011

On l’appellera Françoise pour la protéger malgré sa cartouchière de diplômes correspondant à bac + 10. Trentenaire montpelliéraine, la jeune docteur en sociologie, spécialisée dans les institutions et l’administration, enseigne depuis deux ans dans les facs et lycées parisiens.

En 2010, elle est vacataire dans le supérieur et contractuelle dans l’Éducation nationale (option SES) en 2nde et 1ère. Pour cette rentrée, elle est certaine qu’un poste à mi-temps d’ATER (attaché temporaire d’enseignement et de recherche) lui est attribué par la commission scientifique universitaire. Pas la lune : 1 200 € par mois plus une prime annuelle sensiblement équivalente mais de quoi être rassurée quant à l’avenir immédiat et pouvoir poursuivre ses travaux de recherche.

Pour compléter l’enseignement aux étudiants, un autre mi-temps est confié à l’une de ses jeunes collègues. Françoise prépare ses cours pendant l’été, regagne Paris. On lui demande de démarrer en septembre, sans contrat. Et patatras.

La semaine dernière, la présidence de l’université décide d’un plein-temps. La commission scientifique tranche... par tirage au sort. Françoise reste sur le carreau. En remplacement, l’université lui propose des vacations. Payées en mars.

Sur le Web : Lire sur Midi Libre

Carcassonne. Le prof vacataire réclame son dû

lundi 27 juin 2011

[La Dépêche | 22/06/2011 | D.B.]

Dans une précédente édition nous relations la galère de Francis Campana, ce cadre au chômage, engagé par l’IUT de Perpignan pour donner 20 heures de cours à Carcassonne en octobre 2010. Depuis, il se bat pour se faire payer cette prestation, une facture qui n’a rien d’exorbitant, environ 1 000 euros brut. Le responsable de l’IUT, qui n’a par ailleurs pas souhaité s’exprimer sur le sujet, se bornait à préciser que son établissement n’est pas en droit de rémunérer des professeurs, même vacataires, au chômage, une situation que l’administration de l’IUT n’ignorait pourtant pas lors de la signature du contrat de prestation.

Malgré des lettres recommandées et de multiples interventions, la sollicitation du médiateur académique, Francis Campana n’a, à ce jour, toujours pas perçu sa rémunération. La seule avancée qu’il dit avoir obtenue, récemment, après plusieurs mois de relances, c’est une information bien sibylline du secrétariat de l’Université de Perpignan lui assurant « qu’une réponse est en cours de préparation et vous sera donnée par le médiateur académique ». (...)

Témoignage...

dimanche 15 mai 2011

Moi aussi je suis fatigué d’être contractuel dans l’académie d’Amiens en arts plastiques depuis 12 ans avec cette année.
Je viens de passer l’oral du capes mardi dernier à Tours pour la 7 ème fois, et je me suis encore planté et j’en veux au monde entier parce qu’à chaque fois à l’oral on remet en cause ma proposition de cours et le lendemain il faut faire cours comme si de rien n’était, j’ai 19.80 en notation administrative, l’inspecteur, après mon inspection a souhaité que je sois jury de bac en arts plast à l’oral, parce que j’avais de l’expérience.
C’était cette fois en 2005, et 1 semaine ensuite je retournais passer l’oral à Tours ...
Je suis souvent sur 2 établissements minimum quand c’est pas 3, pendant 7 ans je faisais environ 120 km pour aller travailler et 120 pour revenir...
Mais tout cela on s’en fiche, j’ai 38 ans et qu’ai- je fait de ma vie... Rien, la blaze...

Appel à témoins Jeunes précaires diplômés

vendredi 8 avril 2011

Je suis journaliste pour le magazine « Sept à huit » diffusé chaque dimanche sur TF1 et je prépare un reportage sur les jeunes diplômés précaires qui, après de longues recherches, se voient obligés d’accepter un emploi bien en-deçà de leurs qualifications faute de mieux.

Je cherche à faire le portrait de 2 ou 3 représentants de cette génération précaire, les suivre dans leur quotidien afin de comprendre leur parcours et leurs difficultés.

Si êtes vous même concernés ou si vous connaissez des gens concernés par cette situation, n’hésitez pas à faire tourner cet appel à témoins autour de vous !

Je suis joignable pour toute question par mail : ma.brucker oPo elephant-cie.com

Merci de votre aide.

Marie-Alix Brucker

Soutenir par un don