Les ravages de la LRU (suite)

Le Grand Soir | 20 août 2010 | par Bernard GENSANE
samedi 21 août 2010
par  antonin
4 votes

Un de mes amis universitaires a terminé son année le 10 juillet, par une participation à un colloque scientifique à l’autre bout de la France. Il entamera l’année qui vient le 24 août, par une autre communication dans un autre colloque. Il a passé une grande partie de ses vacances à préparer sa conférence, ne s’octroyant que 5 ou 6 jours de liberté.

Dès le 4 ou 5 septembre, il devra surveiller des examens, puis corriger des copies. Les cours pour l’année 2010-2011 reprendront le 20 septembre. C’est ce que l’on appelle les trois mois de vacances des profs de fac.

Lorsque j’étais étudiant, dans la seconde moitié des années soixante, la session de rattrapage des examens avait lieu début octobre. Fin octobre, les enseignants et les étudiants étaient requis par diverses réunions de rentrée. Les cours commençaient effectivement après la Toussaint. L’année universitaire s’achevait vers le 25 juin. Il ne serait venu à l’idée de personne d’organiser des rencontres scientifiques fin août. Les universitaires disposaient de vraies vacances, durant lesquelles ils pouvaient – et devaient – rédiger thèses, articles, livres etc. Les anglicistes avaient le loisir de séjourner un mois ou plus en Grande-Bretagne pour parfaire leur anglais et leur connaissance du pays, et j’ai connu des hispanistes passant deux mois à la Casa Velasquez en Espagne.

J’écoutais ce matin sur France Info un reportage sur les nouveaux calendriers universitaires. La journaliste, parfaitement dans l’air du temps et buvant donc du petit lait, se réjouissait que les conseils d’administration des universités françaises aient tous voté, un allongement de l’année universitaire, qui sera désormais aussi longue pour les enseignants-chercheurs que pour leur collègue du secondaire. Il y avait en filigrane, dans ce reportage, l’idée que, avant ces nouvelles mesures, les profs de fac se doraient la pilule en se la coulant douce.

Durant ma carrière, il m’est arrivé, à deux reprises, de traiter deux questions (une en littérature, une en civilisation) inscrites au programme du Capes et de l’Agrégation d’anglais. J’étais, certes, dans une démarche volontaire, mais, ces années-là, je n’ai pas pris de vacances d’été.

Pour revenir à ces nouveaux calendriers, il faut se représenter qu’il n’existe aucune directive, aucun texte réglementaire en provenance du ministère ou de l’Élysée. Ces dispositions sont prises par les conseils d’administration en toute indépendance. Seulement, comme depuis l’acceptation de la LRU par les universitaires dans leur majorité les établissements sont en compétition les uns par rapport aux autres, les personnels sont conditionnés dans une fuite en avant vers toujours plus d’asservissement.

Ce stakhanovisme imbécile, qui ne changera rien au classement de Shanghai, se payera un jour. Des dizaines de milliers d’enseignants, aujourd’hui âgés de 30 à 45 ans (au-delà, les autres sont blindés et attendent la retraite) finiront par craquer, épuisés, frustrés, ne voyant plus aucun sens à ce qu’ils font.

En tant que constat, l’expression « Le temps, c’est de l’argent », qui est peut-être de Benjamin Franklin, est une évidence. En tant que philosophie, c’est une horreur. L’argent est de droite, comme l’atteste la phrase déjà passée de mode « Travailler plus pour gagner plus », dernier avatar vulgaire du règne de la matière. Le temps, quant à lui, est de gauche, comme l’avaient postulé les socialistes français, quand ils se voulaient encore un peu progressistes et qu’ils avaient créé un ministère du Temps libre. Je sais bien que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais lorsqu’on a le choix entre une augmentation de salaire et une baisse du temps de travail, il faut toujours choisir la seconde : lorsqu’il est maîtrisé, le temps est inaliénable, tandis que l’argent finit toujours par être récupéré par les puissances du même nom. Les universitaires qui, comme tous les fonctionnaires, ont perdu au moins 50% de leur pouvoir d’achat depuis trente ans, et qui ont perdu – parce qu’ils l’ont, à bien des égards, accepté – la considération et le statut dont ils jouissaient, sont désormais en train de voir s’envoler la seule liberté qu’il leur restait : leur temps.

Dans le reportage de France Info de ce matin, un président d’université, sarkozyste à sa manière, disait que les personnels auraient désormais plus de temps à consacrer à la professionnalisation des étudiants. Xavier, un de mes camarades de syndicat, militant inlassable et lucide, m’explique ceci : le critère majeur d’évaluation des universités ne sera plus l’excellence des enseignants-chercheurs et des étudiants mais la manière dont les établissements insèreront les étudiants dans des filières professionnelles. Pour parler en des termes plus prosaïques, comment les facs trouveront du travail aux étudiants. Plus personne dans les universités ne se demandera pourquoi et en quoi la situation de l’emploi pour les jeunes est la conséquence de choix économiques, du primat du capitalisme le plus échevelé sur la vie des citoyens, de la dictature des groupes financiers qui imposent tous leurs choix aux classes politiques. Parmi ces choix, il y a la destruction de dizaines de milliers d’emplois liés à la production. L’idéologie dominante est parvenu à imposer aux universitaires l’idée qu’ils étaient responsables de ces calamités tant qu’ils proposaient des enseignements éloignés des “ réalités ”. L’université, on l’a dit maintes et maintes fois (voir, par exemple, les travaux d’Angélique Rey, http://blogbernardgensane.blogs.nou...), ne doit plus servir à transmettre des connaissances scientifiques mais à véhiculer des compétences permettant aux étudiants de s’insérer sur le marché du travail tel qu’il est. Le savoir doit passer au second plan, derrière l’“ employabilité ”. Comme le dit Xavier, pensons à « l’immense avantage que présente pour les employeurs de recruter à partir d’un portefeuille de compétences, qui ne correspond à rien du point de vue des conventions collectives, plutôt qu’à partir d’un diplôme qui suppose de respecter un certain nombre d’exigences, salariales notamment. » C’est pourquoi les instances patronales seront de plus en plus présentes dans les instances dirigeantes des universités, au détriment des enseignants, les pôles de compétitivité dictant leurs orientations aux chercheurs.

Pôle Emploi délègue une partie de ses missions à Ramstad, qui est rétribuée pour cela. Ce qu’il y a de bien avec l’Université, c’est que ce qu’elle fait au service des marchés est gratis.

Chaque recul – et nous sommes ici en plein dans l’idéologie – est réalisé en fonction de critères “ techniques ” et d’exigences “ pragmatiques ”. L’“ employabilité ” n’est pas un bienfait, c’est un joug.

par Bernard GENSANE


Lire sur LeGrandSoir.info


Commentaires

jeudi 26 août 2010 à 09h59

merci d oter le s a vis cher webmestre

jeudi 26 août 2010 à 09h58

totalemement en accord avec ce texte
je vois et vis la meme chose

MCF

Agenda

<<

2014

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

[Sweden] New legislation to help foreign postgraduates stay on

Sunday 27 April

On 1 July this year, new legislation will come into force in Sweden that includes measures which will make it considerably easier for foreign doctoral candidates and students to stay and work in the country after graduating.

An agreement between the outgoing Alliance government and the Swedish Green party will secure a majority vote for the proposal in the parliament. (...) – University World News, by Jan Petter Myklebust, 21 March 2014 Issue No:312

On the Web : Full news here

US : Dwindling tenure posts

vendredi 18 avril

Tenure is dying out at US universities.

The proportion of non-tenure-track and non-tenured faculty posts continues to rise across all US institutions, finds a report by the American Association of University Professors (AAUP) in Washington DC. Losing Focus : The Annual Report on the Economic Status of the Profession, 201314 surveyed 1,159 public and private US institutions and found that the overall proportion of assistant professors in non-tenure-track posts was 23.4 for 201314, compared with 20.8 in 201011. Dwindling tenured and tenure-track posts threaten the ability of scientists to conduct research without interference from funders or administrators, says John Curtis, the report’s lead author and director of research and public policy for the AAUP. - Nature, 508, 277, 09 April 2014

Sur le Web : Read on nature.com

Les coupes budgétaires pèsent sur la recherche académique américaine

jeudi 12 décembre 2013

Aux USA, les répercussions des coupes budgétaires fédérales pour la recherche académique sont bien visibles selon une études récentes :

  • moins de place pour les étudiants dans les labos (stages, doctorat, ...) : - 31% ;
  • moins de CDD à temps partiel : -30% ;
  • moins de postdoctorants : - 24% ;
  • moins de postes fixes dans 22% des cas.

Une recherche académique en récession aux USA...

Étudiants étrangers : la sénatrice Dominique Gillot dépose une proposition de loi visant à améliorer leurs conditions d’accueil et de séjour

vendredi 15 février 2013

« Il n’est (?) ni dans l’intérêt des pays d’origine, ni dans le nôtre, de renvoyer chez eux les étrangers dès la fin de leurs études. Au contraire, c’est après au moins une première expérience professionnelle que ces diplômés pourront, à leur retour chez eux ou à l’international, mettre à profit les compétences acquises en France et en faire la promotion. » Voilà ce qu’écrit Dominique Gillot, sénatrice (PS) du Val d’Oise, dans l’exposé des motifs de la proposition de loi relative à l’attractivité universitaire de la France qu’elle dépose mardi 12 février 2013.

« Droit illimité au séjour » pour les diplômés d’un doctorat français. Dans son article 4, la proposition de loi « crée un droit illimité au séjour en France pour tout diplômé d’un doctorat obtenu en France, à qui la carte ’compétences et talents’ est délivrée sur sa demande ». Il est précisé que « cette disposition a vocation à favoriser les échanges entre les pays d’origine et la France, permettant de développer une coopération économique continue, enrichissante, sans pillage des cerveaux des pays émergents ».

Titularisations loi Sauvadet : du nouveau ?

vendredi 23 novembre 2012
  • Reçu ce jour sur la liste SLR-débats -
    Selon l’AEF (dépêche n° 174978 du 22/11, extraits) :
  • « Le MESR « a obtenu les moyens de créer une voie supplémentaire et réservée d’accès à la fonction publique. En 2013, plus de 2 000 personnes pourront en bénéficier », se réjouit Geneviève Fioraso, ministre de l’ESR, dans un communiqué mercredi 21 novembre 2012, après avoir reçu « les organisations syndicales représentatives dans l’enseignement supérieur et la recherche pour leur annoncer le plan d’action ministériel pour la résorption de l’emploi précaire ». Cette réunion faisait suite au comité technique ministériel du 6 novembre dernier, qui n’avait pas pu se tenir faute de quorum : la CGT, la FSU et FO avaient en effet refusé de siéger pour protester contre les modalités de titularisation des contractuels retenues par le MESR
  • La ministre rappelle que le recensement effectué fait état de 8 400 précaires à ce jour dans les universités et de 1 400 dans les organismes de recherche. Elle se donne « pour objectif de conduire le plan de titularisation en quatre ans ». « En complément, les nouvelles orientations de l’ANR (Agence nationale pour la recherche) vont contribuer à diminuer le flux de nouveaux CDD. En particulier, aucun projet scientifique ne pourra être financé s’il repose à plus de 30 % sur le travail d’agents non titulaires ». »
Sur le Web : Lire la suite sur SLR
Soutenir par un don