Appel à projets pour le soutien au montage de projets

Vous avez suivi ?
vendredi 10 avril 2009
par  JonL
5 votes

Le système est si logique qu’il fallait s’y attendre. Voici enfin, rien que pour vos yeux ébahis, le premier appel à projets pour le soutien au montage de projets européens.

Les appels d’offre européens sont de véritables usines à gaz qui requièrent une énergie incroyable, à la fois pour postuler à l’appel d’offre et, pour les quelques chanceux qui n’auront pas perdu leur temps, pour gérer l’argent qui en résulte. Alors de structures se créent pour aider les (enseignants-)chercheurs à postuler. Sauf que, les financements publics de la recherche fondant comme neige au réchauffement climatique, de plus en plus de personnes tentent l’usine à gaz et, donc, ont besoin d’aide. Comme il n’est pas possible d’aider tout le monde, il faut sélectionner... et donc faire un appel d’offre pour vous aider à préparer un appel d’offre — le concept est lancé !

 Objectifs de l’appel

L’Union européenne joue un rôle croissant de structuration des réseaux de recherche, à travers différents programmes de soutien à la recherche et à la technologie (Eurêka, Programmes Cadres de Recherche et Développement etc). La finalité des projets de coopération européenne pour les acteurs de la recherche de la Région (laboratoires publics, PME, grands groupes) est multiple. Ils permettent en effet de renforcer la compétitivité de la recherche et de l’innovation franciliennes. Pour les laboratoires académiques, ils sont sources de reconnaissance internationale et peuvent ouvrir la voie à l’obtention d’autres financements. La participation à ces programmes permet également la mise en place de réseaux d’excellence mettant en relation des équipes de culture scientifique variée, un potentiel pour des progrès accélérés dans la génération de nouvelles connaissances.

Toutefois, ces programmes communautaires s’accompagnent de contraintes importantes :

  • Taille souvent très importante des projets (jusqu’à 50 partenaires issus de diverses régions européennes)
  • Complexité des procédures impliquant une professionnalisation nécessaire de la gestion des projets, questions liées à la propriété intellectuelle...

Afin de réduire ces obstacles et en vue de favoriser la participation des laboratoires franciliens aux programmes européens, la Région Île-de-France assure depuis 2005 un soutien au portage de projets européens.

Les objectifs des subventions proposées sont les suivants :

  • Permettre une meilleure articulation entre la politique régionale de soutien à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation et celle de la Commission européenne en articulant l’intervention des acteurs franciliens au sein de l’Espace européen de la recherche en construction
  • Renforcer la place et le leadership des acteurs franciliens dans les programmes européens de recherche et d’innovation en les appuyant dans le montage de propositions en réponse aux appels à projets de la Commission européenne
  • Développer des synergies et les regroupements entre équipes de recherche franciliennes pour renforcer leur place dans des réseaux transrégionaux de recherche et d’innovation
  • Ancrer la réalisation des programmes européens en Île-de-France pour accroître le rayonnement régional sur la scène internationale.

 Conditions d’éligibilité

Lire les documents à télécharger ci-dessous.

 Contact

Le dossier complet sera envoyé en 3 exemplaires papiers au plus tard le 22/05/2009, le cachet de la poste faisant foi.

[...]


Site IdF : Seppe 2009

C’est à de telles perles qu’on mesure toute la logique du système, dont on atteint ici presque la quintessence. Mais, en cherchant bien, on pourrait faire encore mieux ! Sachant que tout le monde ne sera pas sélectionné pour l’appel d’offre d’aide à l’appel d’offre, on pourrait proposer une aide pour postuler à l’appel d’offre d’aide à l’appel d’offre, et ainsi de suite. Les fâcheux qui pensent qu’il s’agit là d’une perte de temps et d’argent énormes n’ont décidément rien compris à la recherche scientifique de pointe. En effet, grâce à ces nouvelles procédures,

  • le chercheur peut passer plus de temps à s’épanouir dans la rédaction de dossiers (de toute façon, sinon, il ne fout rien) ;
  • de l’argent qui aurait été de toute façon dilapidé en recherche inutile est désormais utilisé à créer de la valeur ajoutée notoire, aussi bien en terme d’emplois (rien de tel qu’une bonne structure administrative supplémentaire !) qu’en terme de production (que pèsent quelques articles face à bon gros dossier de quelques centaines de pages ?).
Il n’y a pas à dire, on vit vraiment dans un monde parfait...


Commentaires

Agenda

<<

2014

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Les coupes budgétaires pèsent sur la recherche académique américaine

jeudi 12 décembre 2013

Aux USA, les répercussions des coupes budgétaires fédérales pour la recherche académique sont bien visibles selon une études récentes :

  • moins de place pour les étudiants dans les labos (stages, doctorat, ...) : - 31% ;
  • moins de CDD à temps partiel : -30% ;
  • moins de postdoctorants : - 24% ;
  • moins de postes fixes dans 22% des cas.

Une recherche académique en récession aux USA...

Étudiants étrangers : la sénatrice Dominique Gillot dépose une proposition de loi visant à améliorer leurs conditions d’accueil et de séjour

vendredi 15 février 2013

« Il n’est (?) ni dans l’intérêt des pays d’origine, ni dans le nôtre, de renvoyer chez eux les étrangers dès la fin de leurs études. Au contraire, c’est après au moins une première expérience professionnelle que ces diplômés pourront, à leur retour chez eux ou à l’international, mettre à profit les compétences acquises en France et en faire la promotion. » Voilà ce qu’écrit Dominique Gillot, sénatrice (PS) du Val d’Oise, dans l’exposé des motifs de la proposition de loi relative à l’attractivité universitaire de la France qu’elle dépose mardi 12 février 2013.

« Droit illimité au séjour » pour les diplômés d’un doctorat français. Dans son article 4, la proposition de loi « crée un droit illimité au séjour en France pour tout diplômé d’un doctorat obtenu en France, à qui la carte ’compétences et talents’ est délivrée sur sa demande ». Il est précisé que « cette disposition a vocation à favoriser les échanges entre les pays d’origine et la France, permettant de développer une coopération économique continue, enrichissante, sans pillage des cerveaux des pays émergents ».

Titularisations loi Sauvadet : du nouveau ?

vendredi 23 novembre 2012
  • Reçu ce jour sur la liste SLR-débats -
    Selon l’AEF (dépêche n° 174978 du 22/11, extraits) :
  • « Le MESR « a obtenu les moyens de créer une voie supplémentaire et réservée d’accès à la fonction publique. En 2013, plus de 2 000 personnes pourront en bénéficier », se réjouit Geneviève Fioraso, ministre de l’ESR, dans un communiqué mercredi 21 novembre 2012, après avoir reçu « les organisations syndicales représentatives dans l’enseignement supérieur et la recherche pour leur annoncer le plan d’action ministériel pour la résorption de l’emploi précaire ». Cette réunion faisait suite au comité technique ministériel du 6 novembre dernier, qui n’avait pas pu se tenir faute de quorum : la CGT, la FSU et FO avaient en effet refusé de siéger pour protester contre les modalités de titularisation des contractuels retenues par le MESR
  • La ministre rappelle que le recensement effectué fait état de 8 400 précaires à ce jour dans les universités et de 1 400 dans les organismes de recherche. Elle se donne « pour objectif de conduire le plan de titularisation en quatre ans ». « En complément, les nouvelles orientations de l’ANR (Agence nationale pour la recherche) vont contribuer à diminuer le flux de nouveaux CDD. En particulier, aucun projet scientifique ne pourra être financé s’il repose à plus de 30 % sur le travail d’agents non titulaires ». »
Sur le Web : Lire la suite sur SLR

Ouverture et répartition des 1000 emplois créés dans l’ESR

lundi 19 novembre 2012

Une cinquantaine d’universités se voit dotée de d’effectifs supplémentaires d’enseignants-encadrants pour 2013. Dans une lettre aux membres du CNESER, Simone Bonnafous, Directrice générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle (DGESIP), délivre leur répartition.

Les effectifs étudiants et des personnels universitaires en cette rentrée 2012

mercredi 19 septembre 2012

Année universitaire 2012-2013 :

Étudiants
63% des étudiants se forment à l’Université soit 1 511 100 étudiants :
Niveau licence 898 500 (59 %)
Niveau Master 547 000 (39%)
Doctorat 65 600 (4%)

Effectif des personnels de l’enseignement supérieur à la rentrée 2012-2013
3 180 nouveaux personnels titulaires ont été recrutés et prennent leurs fonctions à la rentrée 2012 :
1 650 enseignants-chercheurs et 1 530 personnels BIATOSS.

Enseignants-chercheurs : 56 416
Autres enseignants titulaires : 13 076
Personnels d’enseignement contractuels :14 887
Doctorats contractuels : 13 334
Total personnels d’enseignement et de recherche : 97 613

Personnels administratifs : 16 360
Personnels des bibliothèques : 4 620
Personnels ingénieurs techniques et ouvriers : 37 300
Personnels médico-sociaux : 550
Total personnels BIATOSS : 58 830

Effectifs totaux des personnels de l’enseignement supérieur à la rentrée 2012 : 156 443

Soutenir par un don