Communiqué de l’intersyndicale du 05 septembre 2008

Précédé par un communiqué FSU
vendredi 5 septembre 2008
par  antonin

Communiqué FSU du 5 septembre 2008 faisant suite à la réunion de ce jour avec le directeur de cabinet de Valérie Pécresse :

  • Le ministère de l’enseignement supérieur a peine à dissimuler ses mauvaises intentions...
  • Contrairement aux priorités annoncées, la rentrée 2008 est marquée par l’inédite et scandaleuse menace de suppression de 900 emplois statutaires dans l’enseignement supérieur et la recherche. Une délégation FSU -SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP- a condamné avec force ces orientations devant le directeur de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, ce vendredi 5 septembre.

A ce jour, le ministère n’entend prendre en compte ni les besoins du pays, ni les attentes des collègues et des étudiants. Les inquiétudes sont redoublées par des menaces d’externalisation de certaines tâches, d’aggravation de la concurrence entre les établissements, et d’une vision localiste et clientéliste.

Enfin, il faut dénoncer la méthode du gouvernement : refus d’ouvrir de véritables négociations et de dévoiler les textes qu’il prépare.

Communiqué de l’intersyndicale du 05 septembre 2008 :

Enseignement supérieur et la recherche :

le jeu de massacre continue, ne nous laissons pas faire !

Le début de l’été a été marqué par une mobilisation importante contre les projets de restructuration de la recherche. Le blocage du conseil d’administration du CNRS a fait reculer au moins partiellement le gouvernement dans son projet brutal de démantèlement du CNRS. Après la mise en place de la réforme de l’ANR et de l’AERES, le brutal changement dans la composition du CNESER de cet été continue de contourner toutes les instances nationales collégiales. L’été a aussi été marqué par les dernières annonces du Plan Campus, qui accroissent les inégalités entre établissements et à l’intérieur de chacun d’eux.

De plus, pour la première fois depuis 15 ans, 900 suppressions d’emploi sont annoncées dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche alors que notre secteur est présenté comme prioritaire et que des emplois sont nécessaires à la réussite des étudiants. Le gouvernement entend par là poursuivre sa politique d’affaiblissement de la fonction publique. En témoignent les suppressions d’emplois de titulaires annoncées pour 2009 (près de 23 000 dans l’ensemble de la Fonction Publique, avec 13 500 pour l’enseignement). Le milliard supplémentaire annoncé l’an dernier n’est pas assuré. Une augmentation de 10% du budget du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche serait pourtant indispensable.

En ce début septembre, les nouveaux projets du gouvernement augmentent encore les menaces qui pèsent sur les personnels et les étudiants :

  • mise en cause de la formation et du statut des enseignants des premier et second degrés ; menace de suppression des IUFM,
  • volonté de franchir une nouvelle étape dans la restructuration en force de l’ensemble de la recherche (CNRS, établissements sous tutelle du Ministère de l’agriculture) et dans son pilotage autoritaire (déclaration de V. Pécresse au Conseil des Ministres, limogeage de la directrice du département SHS du CNRS).
  • problèmes sociaux des étudiants (logement, bourses, augmentation du recours au travail salarié, …),
  • remise en cause des statuts et des carrières : individualisation arbitraire des rémunérations (primes et indemnités à la « tête du client »), développement de la précarité, modulation des services), pouvoir d’achat

Les organisations soussignées protestent contre les méthodes inacceptables pratiquées par le gouvernement. Comme pour tous les chantiers précédents, le gouvernement veut conclure le chantier carrière dans la précipitation, et sans réelles négociations avec les organisations représentatives : il entend conclure le 18 septembre la pseudo concertation sur les carrières basée sur les rapports Schwartz et Hoffmann, qui remettent en cause le statut de fonctionnaire, enlevant toute protection à la recherche et à l’enseignement face aux pressions économiques et politiques. Nous ne pouvons l’accepter.

Les organisations soussignées appellent les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur ainsi que les étudiants à organiser dès maintenant l’information dans les établissements, notamment le 11 Septembre - jour retenu par les fédérations de l’Éducation Nationale pour l’action contre la politique éducative du gouvernement et contre les suppressions de postes - Elles appellent à débattre partout d’actions associant tous les personnels et étudiants tant dans les instances locales et nationales que dans des mobilisations originales et significatives ; dès maintenant, la grève administrative soutenue par une pétition massive doit être débattue. Elles appellent dès à présent les personnels à s’exprimer (motions, votes de conseils, AG, rassemblements, …)

Les organisations soussignées exigent :

  • la création de postes de titulaires, un plan de résorption de la précarité, de vrais contrats de travail pour tous les doctorants,
  • un budget 2009 permettant de remplir toutes les missions d’enseignement et de recherche avec notamment un rééquilibrage du financement de la recherche et une augmentation des aides aux étudiants,
  • une attractivité des métiers fondée sur une revalorisation des salaires et des carrières et non sur les primes,
  • le maintien des prérogatives des instances consultatives et scientifiques et de leurs élu(e)s,
  • l’ouverture de véritables négociations avec le gouvernement sur ces points,
Le 18 septembre ne doit pas être le jour de l’enterrement du statut de titulaire, mais celui de la mobilisation des personnels et des étudiants pour s’opposer ensemble aux projets du gouvernement et exiger l’ouverture de véritables négociations sur nos propositions !

Organisations signataires : FSU (SNESUP- SNCS - SNASUB - SNEP - SNETAP) - CGT (FERC Sup) - UNSA (SNPTES) - CFDT (SGEN recherche EPST) - FO (SNPREES) - Solidaires (Sud Education) - SLR - SLU - UNEF



Commentaires

Agenda

<<

2014

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

[Sweden] New legislation to help foreign postgraduates stay on

Sunday 27 April

On 1 July this year, new legislation will come into force in Sweden that includes measures which will make it considerably easier for foreign doctoral candidates and students to stay and work in the country after graduating.

An agreement between the outgoing Alliance government and the Swedish Green party will secure a majority vote for the proposal in the parliament. (...) – University World News, by Jan Petter Myklebust, 21 March 2014 Issue No:312

On the Web : Full news here

US : Dwindling tenure posts

vendredi 18 avril

Tenure is dying out at US universities.

The proportion of non-tenure-track and non-tenured faculty posts continues to rise across all US institutions, finds a report by the American Association of University Professors (AAUP) in Washington DC. Losing Focus : The Annual Report on the Economic Status of the Profession, 201314 surveyed 1,159 public and private US institutions and found that the overall proportion of assistant professors in non-tenure-track posts was 23.4 for 201314, compared with 20.8 in 201011. Dwindling tenured and tenure-track posts threaten the ability of scientists to conduct research without interference from funders or administrators, says John Curtis, the report’s lead author and director of research and public policy for the AAUP. - Nature, 508, 277, 09 April 2014

Sur le Web : Read on nature.com

Les coupes budgétaires pèsent sur la recherche académique américaine

jeudi 12 décembre 2013

Aux USA, les répercussions des coupes budgétaires fédérales pour la recherche académique sont bien visibles selon une études récentes :

  • moins de place pour les étudiants dans les labos (stages, doctorat, ...) : - 31% ;
  • moins de CDD à temps partiel : -30% ;
  • moins de postdoctorants : - 24% ;
  • moins de postes fixes dans 22% des cas.

Une recherche académique en récession aux USA...

Étudiants étrangers : la sénatrice Dominique Gillot dépose une proposition de loi visant à améliorer leurs conditions d’accueil et de séjour

vendredi 15 février 2013

« Il n’est (?) ni dans l’intérêt des pays d’origine, ni dans le nôtre, de renvoyer chez eux les étrangers dès la fin de leurs études. Au contraire, c’est après au moins une première expérience professionnelle que ces diplômés pourront, à leur retour chez eux ou à l’international, mettre à profit les compétences acquises en France et en faire la promotion. » Voilà ce qu’écrit Dominique Gillot, sénatrice (PS) du Val d’Oise, dans l’exposé des motifs de la proposition de loi relative à l’attractivité universitaire de la France qu’elle dépose mardi 12 février 2013.

« Droit illimité au séjour » pour les diplômés d’un doctorat français. Dans son article 4, la proposition de loi « crée un droit illimité au séjour en France pour tout diplômé d’un doctorat obtenu en France, à qui la carte ’compétences et talents’ est délivrée sur sa demande ». Il est précisé que « cette disposition a vocation à favoriser les échanges entre les pays d’origine et la France, permettant de développer une coopération économique continue, enrichissante, sans pillage des cerveaux des pays émergents ».

Titularisations loi Sauvadet : du nouveau ?

vendredi 23 novembre 2012
  • Reçu ce jour sur la liste SLR-débats -
    Selon l’AEF (dépêche n° 174978 du 22/11, extraits) :
  • « Le MESR « a obtenu les moyens de créer une voie supplémentaire et réservée d’accès à la fonction publique. En 2013, plus de 2 000 personnes pourront en bénéficier », se réjouit Geneviève Fioraso, ministre de l’ESR, dans un communiqué mercredi 21 novembre 2012, après avoir reçu « les organisations syndicales représentatives dans l’enseignement supérieur et la recherche pour leur annoncer le plan d’action ministériel pour la résorption de l’emploi précaire ». Cette réunion faisait suite au comité technique ministériel du 6 novembre dernier, qui n’avait pas pu se tenir faute de quorum : la CGT, la FSU et FO avaient en effet refusé de siéger pour protester contre les modalités de titularisation des contractuels retenues par le MESR
  • La ministre rappelle que le recensement effectué fait état de 8 400 précaires à ce jour dans les universités et de 1 400 dans les organismes de recherche. Elle se donne « pour objectif de conduire le plan de titularisation en quatre ans ». « En complément, les nouvelles orientations de l’ANR (Agence nationale pour la recherche) vont contribuer à diminuer le flux de nouveaux CDD. En particulier, aucun projet scientifique ne pourra être financé s’il repose à plus de 30 % sur le travail d’agents non titulaires ». »
Sur le Web : Lire la suite sur SLR
Soutenir par un don