Appel d’offres : veille d’opinion ou comment fliquer les profs et les chercheurs

Ce que nous apprend la demande gouvernementale en matière d’opinion dans l’enseignement secondaire et supérieur ainsi que la recherche
samedi 15 novembre 2008
par  Avrel
5 votes

L’information concernant la déstructuration de l’Enseignement (secondaire et supérieur) et de la Recherche en cours est susceptible d’être relayé par ces réseaux et engendrer un mouvement de masse qui a minima marquera politiquement les ministres X. Darcos et V. Pécresse...

ce que nous apprend la lecture de cet appel d’offre

Nos ministres s’intéressent aux mouvements de contestation dans l’enseignement et la recherche.

1er point : le cadre de la demande

L’externalisation de cette mission hors de l’état (dévolue aux RG ou au Service d’Information du Gouvernement (SIG)) implique au moins trois possibilités :

  • les RG [1] ont d’autres chats à fouetter (trop de gens à surveiller, alors le web en plus...),
  • les RG font du mauvais boulot,
  • l’information est sensible et, recueillie, peut servir les luttes intestines parmi les clans politiques au pouvoir... donc à ne pas laisser aux mains du ministre de l’intérieur.

2ème point : l’objet

La contestation intéresse X. Darcos et V. Pécresse, ils la redoutent. Aucun ministre ne sortirait indemne d’un front commun profs, parents, étudiants, lycéens et chercheurs.

3ème point : la méthode

JPEG - 2.2 ko La contestation passe essentiellement par le web indépendant (syndical, alternatif, leader d’opinion,...). Les médias classiques ne sont pas (vraiment) concernés (déjà sous contrôle).
En conséquence, X. Darcos et V. Pécresse craignent la constitution de réseaux de contestations structurés (voir le texte de l’appel d’offre).

Ils (en tant que personne(s) publique(s)) définissent les thématiques qui les intéressent mais le prestataire "veille" les thèmes émergents.
Les vidéos et pétitions en lignes, les appels à démissions ainsi que l’audience des sites seront surveillés en temps réel.

4ème point : les sources financières de la "veille d’opinion"

L’avis de marché ( VI.2) ) présente un projet/programme financé par des fonds communautaires. Donc parallèlement aux RG, une surveillance des citoyens réfléchissant à leur politique ce fait en utilisant scandaleusement des financements européens détournés. En effet, les fonds communautaires ne sont pas destinés à ce genre d’appel d’offres :

Les fonds communautaires :

  • Le Fonds social européen (FSE), fonds qui vise dans le cadre de l’Agenda 2000, à soutenir les mesures visant à prévenir et à lutter contre le chômage, développer les ressources humaines et favoriser l’intégration sociale dans le marché du travail afin de promouvoir un niveau élevé d’emploi, l’égalité entre les hommes et les femmes, le développement durable, et la cohésion économique et sociale.
  • Le Fonds européen d’orientation et de garantie agricole (FEOGA) est l’instrument de financement de la politique agricole commune (PAC).
  • L’Instrument financier d’orientation de la pêche (IFOP) réunit tous les instruments financiers relatifs à la pêche depuis 1994.
  • Le Fonds européen de développement régional (FEDER) est destiné à contribuer à la correction des principaux déséquilibres régionaux dans la Communauté. Dans le cadre de l’Agenda 2000 précise son champ d’intervention dans le cadre des objectifs 1 et 2 et des initiatives communautaires en faveur de la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale (Interreg) et de la revitalisation économique et sociale des villes et des quartiers en crise (Urban), ainsi que des actions innovatrices et des mesures d’assistance technique.
  • Le Fonds de cohésion contribue à la réalisation de projets dans le domaine de l’environnement et dans celui des réseaux transeuropéens en matière d’infrastructure des transports afin de promouvoir la cohésion économique et sociale et la solidarité entre les États membres.
  • Le Fonds européen de développement (FED) est rattaché aux conventions conclues entre la Communauté et ses États membres et les pays en voie de développement dans le cadre de la politique de coopération au développement.
    Source : European NAvigator. Susana Muñoz

En somme :

Les commanditaires craignent donc l’information, la compréhension des problématiques de l’enseignement secondaire et supérieur, de la recherche, la liberté d’expression, l’émergence d’un débat, ce qui est pour le moins singulier pour des gens qui brandissent la "concertation" et la "transparence" et qui sont sensés nous représenter...

Si seulement les banques faisaient l’objet d’une telle surveillance...

Conclusion provisoire

X. Darcos et V. Pécresse craignent l’émergence d’un mouvement de contestation via le net. Le collectif PAPERA s’est précisément constitué sur ces besoins d’information, de contestations et de revendications mais aussi de solidarité.
Les préoccupations de nos ministres montrent qu’ils nous craignent, c’est à nous de constituer ce front de résistance actif, c’est à nous qu’il revient d’êtres des responsables actifs et solidaires. C’est à nous de montrer qu’ils ont ont raisons de nous craindre.

X. Darcos et V. Pécresse visent de grandes et belles carrières politiques après leurs ministère, si nous sommes capable de briser leur image à chacune de leurs apparitions publiques, ils ne s’en remettrons pas politiquement et nous deviendrons des interlocuteurs crédibles pour leurs successeurs.

Il est donc primordial de gripper la belle communication gouvernementale et de rappeler à VP et XD que nous seront là a chacune de leurs apparitions publiques. Si vous vous sentez concernés vous pouvez adopter cette démarche d’interpellation publique des politiques de manière collective ou individuelle est un retour aux fondamentaux de la démocratie représentative. A défaut d’être respectés nous seront entendus.

voir aussi un excellent article sur science21


L’avis de marché

Sinon vous pouvez toujours vous dénoncer vous même en suivant l’exemple d’Olivier Ertzscheid : Le plaisir solitaire de l’auto-délation. (ou comment je me suis dénoncé � mon propre ministère)

JPEG - 21.4 ko

A lire sur le site du Nouvel Obs :

"Cet appel d’offre n’est pas une nouveauté. C’est renouvelé chaque année depuis 2006. Tous les grands ministères ont une veille média et internet et ça fait partie des missions déléguées à la direction de la communication", expliquait-on lundi au ministère de l’Education nationale.

"Le ministère considère que ça peut l’aider à se forger une opinion sur l’évolution de la situation. Et on est obligé d’inclure dans l’appel d’offres tout le développement des médias internet", précisait-on.
"L’Education nationale veut surveiller et anticiper toute contestation"
AP | 10.11.2008 | 14:35

Ou encore sur PCinPact.com :

Depuis que l’information circule sur le web, le gouvernement tente de désamorcer ce dossier : « Cet appel d’offres n’est pas une nouveauté. C’est renouvelé chaque année depuis 2006. Tous les grands ministères ont une veille média et internet et ça fait partie des missions déléguées à la direction de la communication » explique le ministère de l’Éducation nationale dans une dépêche AP. « [nous considérons] que ça peut l’aider à se forger une opinion sur l’évolution de la situation. Et on est obligé d’inclure dans l’appel d’offres tout le développement des médias internet »

A voir également sur Rue89 : "Education : 220 000 euros par an pour surveiller l’opinion" Par Chloé Leprince


[1] Renseignements Généraux



Documents joints

Appel d'offre
Appel d'offre

Portfolio

JPEG - 21.4 ko

Commentaires

Agenda

<<

2014

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Geneviève Fioraso lance à Grenoble ses premières initiatives

mercredi 23 mai 2012

C’est aux terres grenobloises que Geneviève Fioraso, nouvelle ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a réservé hier [22 mai 2012] sa première sortie officielle en région. Là même où elle a tissé, durant des années, les mailles de l’écosystème innovant grenoblois. (...)

[Extrait] Résoudre la précarité des techniciens de laboratoire

« Malgré le contexte budgétaire difficile, il faut trouver une solution à la situation précaire de certains personnels de techniciens dont l’expertise est indispensable à leur laboratoire. »

Sur le Web : Source : Le Dauphiné

EU: Presidency seeks to expand Erasmus

Tuesday 6 September 2011

UWN | 04 September 2011 | Issue: 187 | Brendan O’Malley

The Polish presidency of the European Union is planning to expand the Erasmus student and staff exchange programme to non-EU countries on its eastern and southern borders.

Barbara Kudrycka, the Polish Minister for Higher Education, said on Tuesday: "We would very much like to see a widening of the Erasmus-scheme to non-EU countries, not only our Eastern neighbors but also for example the ones in the southern neighbourhood. In my view, the best diplomats for countries are students and scientists."

She was speaking at the 22nd European Students’ Convention in the Polish city of Lazy on Tuesday, a four-day event organised by the European Students Union, the umbrella organisation of 45 national unions of students from 38 European countries.

Kudrycka has previously called for all students from Eastern Partnership countries - Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, Moldova and Ukraine - to be given the opportunity of studying in EU countries. (...)

La belle perle de Wauquiez

lundi 4 juillet 2011

Wauquiez démarre fort au MESR : la hausse du ticket du CROUS (écrasant le vote du CNESER) et seuls 3 lauréats aux IdEX. Une belle perle au passage lors d’une interview par Philippe Jacquet du Monde :

"Les investissements d’avenir doivent permettre d’aider QUELQUES-UN de nos pôles universitaires à affronter le XXIe siècle et les grandes universités mondiales"

Les autres se débrouilleront seuls ! Plusieurs universités sont déjà dans le rouge malgré la pluie de milliards !

Sur le Web : Lire sur Le Monde

Baroin rabote les opérateurs publics

lundi 13 décembre 2010

Interview de François Baroin, ministre du Budget, par le JDD, 12 décembre 2010

JDD : Le Parlement adoptera cette semaine le budget de l’État pour 2011. Vous devez maintenant mettre en œuvre la rigueur. Quelles seront vos premières décisions ?
Baroin : « Il est très important que l’État commence par montrer l’exemple lui-même. Nous avons engagé la réduction de son train de vie. Je réunis demain les directeurs des 497 opérateurs publics [Pôle emploi, Office national des forêts, Commissariat à l’énergie atomique, musée du Louvre, Météo France…] hors universités, qui doivent pour la première fois en 2011 appliquer les mêmes règles de gestion que l’État. Dès l’an prochain, un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé. Je propose que leur parc de 17.000 automobiles soit réduit de près de 3.000 véhicules, que leurs achats de fournitures soient progressivement diminués de 10% et que leurs superficies immobilières soient ramenées à 12 m² par agent. Nous leur interdirons par ailleurs de recourir à tout endettement. La rémunération au mérite de leurs dirigeants devra aussi être étendue à toute l’équipe de direction. »

Les laboratoires de recherche "hors universités" devront donc être touchés par la rigueur (CNRS, INSERM, CEA, ...). Ce n’est plus toute l’ESR qui est épargnée par les baisse de budgets mais seulement l’Université.

L’Élysée veut "réduire" les organismes de recherche

jeudi 9 décembre 2010

[Science² |09/12/2010]

Arnold Munnich, le conseiller en sciences de la santé de Nicolas Sarkozy relance l’offensive de l’Élysée contre la recherche publique. Il vient de déclarer,que les organismes de recherche allaient subir « une réduction de leur voilure » et laisser la place aux universités pour conduire la recherche.

Pour ce qui est de réduire la voilure, on sait déjà qu’en 2011 le CNRS va diminuer les dotations aux laboratoires de 11% et sabrer 25 millions d’euros dans les budgets des gros équipements.

(...)

Soutenir par un don