Suisse : docteurs sans emploi

20 minutes Online | 13 août 2012 | par Olivia Fuchs
mardi 14 août 2012
par  antonin
2 votes

De plus en plus d’étudiants en sciences sociales ou en lettres font un doctorat pour éviter de se retrouver au chômage. Mais le titre n’augmente pas leurs chances de trouver un travail.

En juillet, les offices régionaux de placement ont compté 2337 personnes au chômage ayant un titre de docteur. Ils sont deux fois plus nombreux qu’en 2009 et la tendance est à la hausse, comme le révèle lundi le « Tages-Anzeiger ». Malgré cette situation difficile, le nombre de dissertations de doctorat déposées ne cesse d’augmenter. Si en 2000, 2822 étudiants ont obtenu leur titre, il étaient 3488 en 2011. La plupart sont d’anciens étudiants en sciences sociales ou en lettres.

 Trop vieux

De plus en plus de personnes choisissent en effet la voie du doctorat pour simplement éviter de se retrouver au chômage, avoue Markus Diem, docteur en psychologie et directeur du service de conseil en orientation à l’Université de Bâle. Mais, une fois leurs études terminées, les doctorants ont pour la plupart plus de 30 ans et n’ont accumulé encore aucune expérience professionnelle. Leurs chances de décrocher un travail sont ainsi diminuées. « Après un doctorat, les personnes sont souvent trop vieilles. Les stages sont en général conçus pour les plus jeunes. Je le conseille uniquement pour ceux qui souhaitent travailler en tant que chercheurs, experts ou collaborateurs scientifiques », explique Markus Diem.

 Expériences professionnelles

Son avis est partagé par Natalie Breitenstein, conseillère en emploi à l’Université de Zurich : « La voie du doctorat doit être choisie par intérêt et non pour éviter de se retrouver au chômage. L’entrée dans le monde du travail n’est pas facilitée avec un tel titre. » Elle conseille d’accumuler diverses expériences professionnelles déjà au cours des études de bachelor : « De nos jours, il est essentiel de planifier tôt son avenir professionnel. »


Lire sur 20min.ch

N.B. Apparemment le même problème en Suisse qu’en France sur la difficulté à considérer le doctorat comme une expérience professionnelle...

Photo par Keystore



Commentaires

Agenda

<<

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Brèves

Les universités vont continuer à geler des postes en 2017

lundi 28 novembre

La crise budgétaire des universités françaises continue depuis leur passage à l’ "autonomie" avec comme conséquence directe l’utilisation de la masse comme variable d’ajustement. Comment diminuer la masse salarial ? Embaucher des contractuels au lieu de titulaires, demander et ne pas payer des heures supplémentaires aux enseignants-chercheurs titulaires, supprimer des postes d’ATER et des contrats doctoraux ou encore geler des postes. Mais que signifie "geler des postes" ? Il s’agit de ne pas ouvrir à candidature des postes de titulaires ouverts par le ministères. Depuis 2009, 11.000 postes ont été gelés dans les universités dont 1200 les cinq dernières années. En 2017, ce processus continuera dans de nombreuses universités : Paris 1, Toulouse Paul Sabatier, Reims, Paris-Est Créteil, Dijon, Orléans, Brest, Paris 8, Bordeaux 3, Artois, Bretagne-Sud, Lyon 3, Limoges, Pau, Paris-Est Marne-la-Vallée.

New Analysis of Employment Outcomes for Ph.D.s in Canada

Thursday 5 February 2015

An analysis of where Canada’s Ph.D.-holders are employed finds that just 18.6 percent are employed as full-time university professors. The analysis from the Conference Board of Canada finds that nearly 40 percent of Ph.D.s are employed in higher education in some capacity, but many are in temporary or transitional positions. The other three-fifths are employed in diverse careers in industry, government and non-governmental organizations: “Indeed, employment in diverse, non-academic careers is the norm, not the exception, for Ph.D.s in Canada.” - Inside Higher Edu, January 8, 2015

[Sweden] New legislation to help foreign postgraduates stay on

Sunday 27 April 2014

On 1 July this year, new legislation will come into force in Sweden that includes measures which will make it considerably easier for foreign doctoral candidates and students to stay and work in the country after graduating.

An agreement between the outgoing Alliance government and the Swedish Green party will secure a majority vote for the proposal in the parliament. (...) – University World News, by Jan Petter Myklebust, 21 March 2014 Issue No:312

On the Web : Full news here

US : Dwindling tenure posts

vendredi 18 avril 2014

Tenure is dying out at US universities.

The proportion of non-tenure-track and non-tenured faculty posts continues to rise across all US institutions, finds a report by the American Association of University Professors (AAUP) in Washington DC. Losing Focus : The Annual Report on the Economic Status of the Profession, 201314 surveyed 1,159 public and private US institutions and found that the overall proportion of assistant professors in non-tenure-track posts was 23.4 for 201314, compared with 20.8 in 201011. Dwindling tenured and tenure-track posts threaten the ability of scientists to conduct research without interference from funders or administrators, says John Curtis, the report’s lead author and director of research and public policy for the AAUP. - Nature, 508, 277, 09 April 2014

Sur le Web : Read on nature.com

Les coupes budgétaires pèsent sur la recherche académique américaine

jeudi 12 décembre 2013

Aux USA, les répercussions des coupes budgétaires fédérales pour la recherche académique sont bien visibles selon une études récentes :

  • moins de place pour les étudiants dans les labos (stages, doctorat, ...) : - 31% ;
  • moins de CDD à temps partiel : -30% ;
  • moins de postdoctorants : - 24% ;
  • moins de postes fixes dans 22% des cas.

Une recherche académique en récession aux USA...

Soutenir par un don