Abus de pouvoir : les dérives de la gouvernance des universités depuis la LRU

Le Monde | Idées | 14/05/2012 | Des enseignants-chercheurs de l’Université de Paris VIII
lundi 14 mai 2012
par  antonin
5 votes

Vendredi 11 mai après-midi l’université Paris VIII a connu des événements qui sont la parfaite illustration des dérapages auxquels peuvent conduire les pouvoirs excessifs accordés à un président d’université depuis la LRU.

De quoi s’agit -il ?

Du refus par l’intersyndicale des enseignants-chercheurs et BIATOS de voir voter les statuts du futur Pôle de Recherche et Enseignement Supérieur (PRES, qui associe dans un premier temps Paris VIII et Paris X) sans qu’ait eu lieu un débat sérieux et constructif sachant que la très grande majorité des enseignants-chercheurs est favorable à cette création.

L’annonce de ce PRES a été faite pendant la première semaine des vacances de printemps, au lendemain des élections des nouveaux conseils, et juste avant 11 jours de fermeture pour congés jusqu’au 2 mai.

Le vote de ses statuts a été annoncé pour le 11 mai. En cinq semaines (en réalité dix jours puisque l’université a pleinement repris toutes ses activités le 2 mai, interrompues à nouveau le 8 mai) devait donc être bouclé le projet le plus important pour le devenir de l’université. Malgré les alertes de certains membres du CA, du CS et du CEVU et de quelques autres enseignants-chercheurs et administratifs sur les risques de rejet que faisait courir cette précipitation inexplicable (aucun des arguments présentés n’étant démontré) le président, Pascal Binczak, a maintenu son calendrier alors que :

  • les élections des nouveaux conseils ayant eu lieu les 10 et 11 avril, les conseils sortants ne sont plus totalement légitimes pour engager le devenir de l’université même s’ils en ont légalement le droit ;
  • Le mandat du président s’achève le 11 juin ;
  • la candidate déclarée pour lui succéder n’a jamais pris publiquement la parole sur ce sujet puisqu’aux yeux du président elle n’a aucune légitimité à le faire ;
  • aucun décret ministériel ne peut créer très rapidement ce PRES puisqu’ aucun décret ne peut plus être signé par le gouvernement Fillon démissionnaire et que le nouveau ministère de l’éducation nationale et/ou de la recherche n’est pas encore nommé et on peut supposer que la signature du décret du PRES ne sera pas sa priorité.
  • dans l’histoire des PRES aucun d’entre eux n’a été mis sur pied en moins de deux mois compte tenu des enjeux qu’il représente et de son caractère politique et non technique quoiqu’affirme le président de Paris 8, pourtant professeur agrégé de droit.
  • les élections du corps A, celui des professeurs, ont été annulées par la Commission de Contrôles de l’Organisation des Elections et n’auront de nouveau lieu que les 5 et 6 juin ;
  • le président nouvellement élu de Paris X donnait un peu de temps à l’intersyndicale pour amender le projet et que l’intersyndicale de Paris VIII n’en demandait pas plus.

Rien n’y fit parce que "le président le veut" pour mettre à son bilan le PRES ? Pour faire la nique à Paris 13 qui a snobé Paris 8 pour constituer un PRES ? Pour en être le futur président avec un siège à Paris ?

Aussi pour empêcher le vote des statuts du PRES (celui de la convention du principe de sa création ayant été voté par Paris VIII et Paris X à une large majorité) l’intersyndicale (BIATOS et Enseignants-chercheurs) et des étudiants ont décidé d’occuper le CA pour imposer un débat. Compte tenu du contexte, l’accepter ne pouvait conduire à un vote le jour même, il aurait été raisonnable de repousser ce vote et d’engager le vrai débat.

Ce fut la stratégie de l’affrontement et du passage en force qui fut choisie au nom de la légalité et de la volonté du président d’aboutir à ses fins.

Comme le président déclarait la séance levée, les opposants ont bloqué les sorties de la salle. S’en est suivie une violente bousculade due à la charge d’un vigile pour débloquer une des deux sorties, le président en a profité pour filer protégé par deux autres vigiles. Puis ce fut l’appel aux forces de police pour le "libérer" alors qu’il s’était lui même réfugié et enfermé dans le poste sécurité. Ajoutons aussi la présence du préfet de Seine-Saint-Denis nommé il y a peu par Nicolas Sarkozy pour mettre de l’ordre dans le département. Leur présence dans l’université n’a évidemment fait qu’accroître la tension.

Le CA s’est ensuite réuni à nouveau en comité restreint, soit les cinq membres encore physiquement présents et l’usage des votes par procurations. Ce petit comité a donc siégé en toute illégalité puisque ce CA n’avait pas été convoqué légalement, la séance du début de l’après midi ayant été levée et non suspendue comme le président l’affirme désormais. Ainsi, le vote des statuts du PRES fut acquis illégitimement et scandaleusement. Faire voter les statuts protégés par un peloton de policiers, est indigne et inexcusable ; on ne peut s’empêcher de se demander jusqu’où peut aller ce type de comportement ni d’avoir un sentiment de honte que ceci puisse se passer sur notre campus.

Si la violence politique a fini par se manifester ouvertement ce n’est pas un accident, mais l’aboutissement d’une gestion politique qui n’a cessé d’attiser l’agressivité par ses méthodes autoritaires, peu démocratiques, masquant souvent ses intentions réelles, pratiquant trop souvent le non-dit ou le double discours.

Cet exemple prouve une fois de plus qu’il est urgent de restreindre le champ des pouvoirs des présidents d’université par un contrôle démocratique et l’instauration de véritables contre-pouvoirs, seuls moyens de préserver l’université des abus de pouvoirs. Le nouveau gouvernement serait bien inspiré de rétablir dans la gouvernance des universités une collégialité qui, sans être parfaite, permettait au moins de limiter ce type de dérives autocratiques qui ne peuvent que nuire à la qualité des enseignements et de la recherche.

Enseignants-chercheurs de Paris VIII : Béatrice Giblin, Jean Paul Olive, Éric Lecerf, Barbara Loyer, Patricia Hennion-Jacquet, Anne-Marie Autissier, Frédérick Douzet, Jaime Lopez Krahe, Sophie Molinier, Mireille Azzoug, Pierre-Olivier Chaumet, Virginie Sumpf, Julie Perrin, Jean-Henri Roger, Olga Moll, Antonia Birnbaum, Jean Méhat, Philippe Subra, Cécile Sorin, Philippe Nys, Roberto Barbanti, Gilles Bernard, Antoine Da Lage, Ghislain Deleplace, Joël Augros, Mariannick Dagois, Catherine Perret, Christine Roquet, Soko Phay-Vakalis, Cécile Bourdais, Remi Hess, Vincent Godard, Ben Ali Chérif, Claire Fagnart, Nicolas Jouandeau, Daniel Lepage, J-J Bourdin, Charles Arden, Lucile Eschapasse, Maurice Courtois, Serge Le Péron.


Lire sur le site lemonde.fr

Informations complémentaires :

  • Déroulement du vote du PRES au CA et intervention de la Police à Paris 8 - 11 mai 2012


Police à Paris 8 - vote du PRES au CA - 11 mai... par PRES-Paris8-Paris10

Illustration : "SmokeWork" par Mehmet Ozgur



Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Salaire des vacataires de l’Université Paul Sabatier : ça s’arrange

samedi 25 mars

La situation semble s’arranger pour près de 600 vacataires du département des Langues vivantes et gestion (rattaché à la faculté des sciences et de l’ingénierie) de l’université Toulouse 3 Paul Sabatier, qui attendent d’être rémunérés pour le premier semestre. « Le paiement pour les 600 vacataires doit être effectif fin mars, nous a-t-on assurés à la vice-présidence de l’université, a expliqué Julie, vacataire et porte-parole. Ça doit nous être confirmé par communiqué et on espère aussi que ce sera moins compliqué pour payer le deuxième semestre. » [...] La porte-parole de ce mouvement de contestation, qui se félicite des avancées sur ce dossier par l’université Paul Sabatier, veut porter la discussion plus loin. « On demande en effet, explique Julie, des efforts sur le système de paie, peut-être faut-il aussi revoir la fréquence de paiement des vacataires, parce qu’être payé tous les six mois, c’est difficile pour beaucoup. Il est aussi peut-être temps de requalifier le métier de vacataire. J’ai bon espoir de voir les lignes bouger ». par Gérald Camier, La Dépêche, 23/03/2017

600 enseignants-vacataires de l’université Paul Sabatier attendent d’être payés

lundi 20 mars

Environ 600 vacataires de l’Université Toulouse III Paul Sabatier, soit des enseignants non titulaires, attendent toujours le versement de leur salaire pour le premier semestre qui devait intervenir en janvier dernier. La plupart des vacataires sont de nationalité anglaise, espagnole, allemande et doivent obligatoirement avoir un autre emploi à côté de l’université pour compléter leurs revenus.

L’université, dont le service des ressources humaines invoque un bug informatique sur le nouveau logiciel de paie, indique que le retard serait « de deux à trois mois » selon les cas, « voire six mois », selon une vacataire. Pour Jean-Pierre Vinel, le président de l’université, « il n’a jamais été question de ne pas payer les vacataires, c’est juste une question de retard de paiement ».

[La Dépêche, par Gérald Camier, 17/03/2017]

Sur le Web : Lire sur ladepeche.fr

C. Villani : "on arrive à se sentir étouffé"

dimanche 5 février

[Interview de C. Villani, The Conversation, 30/01/2017]
Revenons en France avec une question beaucoup plus terre à terre : un jeune docteur en mathématique qui vient d’enchaîner un ou deux postdoc à l’étranger décroche un poste de chargé de recherche ou de maître de conférence. Il débute alors sa carrière avec un salaire de 1 800 euros net par mois. Comment qualifier cette situation et comment l’améliorer pour créer des vocations ?

C.V. : Malgré ce salaire peu reluisant, le statut du CNRS reste attractif pour sa grande liberté. Si l’on veut garder son attrait à la profession, il est important de travailler sur le reste : en premier lieu, limiter les règles, les contraintes, les rapports. Je donnerai un exemple parmi quantité : le CNRS vient de décider qu’il refuse tout remboursement des missions effectuées dans un contexte d’économie partagée : pas de remboursement de logement Airbnb, ni de trajet BlaBlaCar… De petites contraintes en petites contraintes, on arrive à se sentir étouffé. Le simple sentiment d’être respecté et de ne pas avoir à lutter pour son budget, par ailleurs, pourra jouer beaucoup. Par ailleurs, il est certain qu’une revalorisation salariale ou d’autres avantages pour les débuts de carrière seront bienvenus.

Les universités vont continuer à geler des postes en 2017

lundi 28 novembre 2016

La crise budgétaire des universités françaises continue depuis leur passage à l’ "autonomie" avec comme conséquence directe l’utilisation de la masse comme variable d’ajustement. Comment diminuer la masse salarial ? Embaucher des contractuels au lieu de titulaires, demander et ne pas payer des heures supplémentaires aux enseignants-chercheurs titulaires, supprimer des postes d’ATER et des contrats doctoraux ou encore geler des postes. Mais que signifie "geler des postes" ? Il s’agit de ne pas ouvrir à candidature des postes de titulaires ouverts par le ministères. Depuis 2009, 11.000 postes ont été gelés dans les universités dont 1200 les cinq dernières années. En 2017, ce processus continuera dans de nombreuses universités : Paris 1, Toulouse Paul Sabatier, Reims, Paris-Est Créteil, Dijon, Orléans, Brest, Paris 8, Bordeaux 3, Artois, Bretagne-Sud, Lyon 3, Limoges, Pau, Paris-Est Marne-la-Vallée.

New Analysis of Employment Outcomes for Ph.D.s in Canada

Thursday 5 February 2015

An analysis of where Canada’s Ph.D.-holders are employed finds that just 18.6 percent are employed as full-time university professors. The analysis from the Conference Board of Canada finds that nearly 40 percent of Ph.D.s are employed in higher education in some capacity, but many are in temporary or transitional positions. The other three-fifths are employed in diverse careers in industry, government and non-governmental organizations: “Indeed, employment in diverse, non-academic careers is the norm, not the exception, for Ph.D.s in Canada.” - Inside Higher Edu, January 8, 2015

Soutenir par un don