Ellen Hazelkorn met en garde les gouvernements contre l’obsession des classements

EducPros | 16.05.11 | Mathieu Oui
jeudi 19 mai 2011
par  antonin
2 votes

« Les gouvernements devraient arrêter d’être obscédés par les rankings globaux » a mis en garde Ellen Hazelkorn, vice-présidente à l’Institut de technologie de Dublin, dans son discours d’inauguration du forum mondial de l’UNESCO consacré aux classements, le 16 mai 2011 à Paris.

Cette focalisation excessive « risque de transformer les systèmes d’enseignement supérieur et de subvertir les politiques publiques » a estimé la spécialiste des classements internationaux (et consultante auprès de l’OCDE). « Aligner le système sur des indicateurs définis par d’autres à des fins commerciales ou autres, menace les fondements même de la souveraineté nationale et de la société. Cela dresse l’équité et l’excellence l’une contre l’autre, et cela favorise des modèles centrés sur les élites plutôt que des systèmes à vocation internationale. »

 15 000 universités

Ellen Hazelkorn a rappelé qu’il existait quelque 15 000 institutions d’enseignement supérieur dans le monde, mais que l’on se concentrait, à travers ces classements, sur une centaine d’entre eux, ce qui représente moins d ‘1% du total. Dénonçant le modèle « d’université de classe mondiale », l’oratrice a estimé que tous les gouvernements désiraient une telle université « sans savoir précisément ce que cette notion recouvre. »

 Des critères trop étroits

La chercheuse a longuement développé les biais et limites des classements qui « ne mesurent pas ce qu’on pense qu’ils mesurent. » Par exemple, les critères de recherche mesurent une conception « très étroite » de la recherche, mais laissent de côté « les travaux interdisciplinaires ou les idées qui vont à l’encontre de l’orthodoxie ». De même, et comme cela déjà été souligné par les détracteurs des classements, ces derniers ne mesurent pas la qualité de l’enseignement et ne disent rien de l’impact de la recherche sur l’enseignement.

 Des conséquences sur les politiques publiques

Ellen Hazelkorn, qui a comptabilisé une dizaine de rankings globaux et une cinquantaine de rankings nationaux, est également revenu sur les conséquences politiques du phénomène, à travers des exemples précis. En Mongolie, au Qatar et au Kazakhstan, les bourses étudiantes sont désormais réservées aux étudiants ayant été acceptés dans les institutions les mieux classées. Le Danemark et les Pays-Bas ont récemment adopté de nouvelles lois sur l’immigration qui favorisent les diplômés issus de ces établissements.

« Avec la crise financière globale, de nombreux gouvernements remettent en cause leur engagement en faveur d’un enseignement supérieur de masse » a enfin constaté la chercheuse. « Certains gouvernements pensent que leurs universités ne sont pas assez élitistes ou assez sélectives. »

 Vers un modèle plus équilibré

En conclusion de son discours, Ellen Hazelkorn a défendu un système d’universités plus équilibré, prenant en compte différents objectifs comme l’égalité d’accès à l’enseignement supérieur, la formation d’une main d’œuvre qualifiée, l’éclosion des talents, le civisme ou encore la participation au développement régional.

Alternative aux rankings : l’OCDE présente son "PISA étudiant"

Au programme des deux jours du Forum de l’UNESCO, l’OCDE devrait présenter mardi 17 mai 2011, une étude de faisabilité duprojet AHELO (Evaluation internationale des résultats de l’enseignement supérieur) lancé en 2008. Conçu comme une alternative qualitative aux rankings, ce projet vise à fournir des informations, établissement par établissement (et non au plan national), sur les compétences acquises par les étudiants en fin de licence ou de maîtrise.

Quinze pays participent actuellement à l’étude de faisabilité qui porte sur deux disciplines (économie et ingénierie) et dont les résultats sont attendus fin 2012. « Cette évaluation se décline en deux parties : un test des compétences génériques à destination des étudiants et une enquête contextuelle sur l’institution » indique Karine Tremblay, la responsable de l’enquête.

Les premiers tests élaborés et déjà validés sur six pays sont plutôt encourageants. « Nous avons été surpris par la relative facilité des experts internationaux à s’accorder sur leur définition des compétences génériques. Les tests sont validés et en cours de traduction » poursuit Karine Tremblay. Une seconde phase de test, devrait concerner une dizaine d’établissements (et une centaine d’étudiants) pour chaque pays participant.http://www.oecd.org/document/22/0,3746,en_2649_35961291_40624662_1_1_1_1,00.html

Mathieu Oui


Lire sur le site d’EducPros.fr


Commentaires

Agenda

<<

2014

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Geneviève Fioraso lance à Grenoble ses premières initiatives

mercredi 23 mai 2012

C’est aux terres grenobloises que Geneviève Fioraso, nouvelle ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a réservé hier [22 mai 2012] sa première sortie officielle en région. Là même où elle a tissé, durant des années, les mailles de l’écosystème innovant grenoblois. (...)

[Extrait] Résoudre la précarité des techniciens de laboratoire

« Malgré le contexte budgétaire difficile, il faut trouver une solution à la situation précaire de certains personnels de techniciens dont l’expertise est indispensable à leur laboratoire. »

Sur le Web : Source : Le Dauphiné

EU: Presidency seeks to expand Erasmus

Tuesday 6 September 2011

UWN | 04 September 2011 | Issue: 187 | Brendan O’Malley

The Polish presidency of the European Union is planning to expand the Erasmus student and staff exchange programme to non-EU countries on its eastern and southern borders.

Barbara Kudrycka, the Polish Minister for Higher Education, said on Tuesday: "We would very much like to see a widening of the Erasmus-scheme to non-EU countries, not only our Eastern neighbors but also for example the ones in the southern neighbourhood. In my view, the best diplomats for countries are students and scientists."

She was speaking at the 22nd European Students’ Convention in the Polish city of Lazy on Tuesday, a four-day event organised by the European Students Union, the umbrella organisation of 45 national unions of students from 38 European countries.

Kudrycka has previously called for all students from Eastern Partnership countries - Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, Moldova and Ukraine - to be given the opportunity of studying in EU countries. (...)

La belle perle de Wauquiez

lundi 4 juillet 2011

Wauquiez démarre fort au MESR : la hausse du ticket du CROUS (écrasant le vote du CNESER) et seuls 3 lauréats aux IdEX. Une belle perle au passage lors d’une interview par Philippe Jacquet du Monde :

"Les investissements d’avenir doivent permettre d’aider QUELQUES-UN de nos pôles universitaires à affronter le XXIe siècle et les grandes universités mondiales"

Les autres se débrouilleront seuls ! Plusieurs universités sont déjà dans le rouge malgré la pluie de milliards !

Sur le Web : Lire sur Le Monde

Baroin rabote les opérateurs publics

lundi 13 décembre 2010

Interview de François Baroin, ministre du Budget, par le JDD, 12 décembre 2010

JDD : Le Parlement adoptera cette semaine le budget de l’État pour 2011. Vous devez maintenant mettre en œuvre la rigueur. Quelles seront vos premières décisions ?
Baroin : « Il est très important que l’État commence par montrer l’exemple lui-même. Nous avons engagé la réduction de son train de vie. Je réunis demain les directeurs des 497 opérateurs publics [Pôle emploi, Office national des forêts, Commissariat à l’énergie atomique, musée du Louvre, Météo France…] hors universités, qui doivent pour la première fois en 2011 appliquer les mêmes règles de gestion que l’État. Dès l’an prochain, un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé. Je propose que leur parc de 17.000 automobiles soit réduit de près de 3.000 véhicules, que leurs achats de fournitures soient progressivement diminués de 10% et que leurs superficies immobilières soient ramenées à 12 m² par agent. Nous leur interdirons par ailleurs de recourir à tout endettement. La rémunération au mérite de leurs dirigeants devra aussi être étendue à toute l’équipe de direction. »

Les laboratoires de recherche "hors universités" devront donc être touchés par la rigueur (CNRS, INSERM, CEA, ...). Ce n’est plus toute l’ESR qui est épargnée par les baisse de budgets mais seulement l’Université.

L’Élysée veut "réduire" les organismes de recherche

jeudi 9 décembre 2010

[Science² |09/12/2010]

Arnold Munnich, le conseiller en sciences de la santé de Nicolas Sarkozy relance l’offensive de l’Élysée contre la recherche publique. Il vient de déclarer,que les organismes de recherche allaient subir « une réduction de leur voilure » et laisser la place aux universités pour conduire la recherche.

Pour ce qui est de réduire la voilure, on sait déjà qu’en 2011 le CNRS va diminuer les dotations aux laboratoires de 11% et sabrer 25 millions d’euros dans les budgets des gros équipements.

(...)

Soutenir par un don